Aujourd'hui, nous sommes le 15 Août, date de l'Assomption. Cette note tardive sera donc hommage à ma seuseur adorée dont c'est la fête aujourd'hui. (Bonne fête Marie !)

Et pour cette occasion spéciale je parlerais d'un ouvrage qui ne manquera pas de lui rappeler de bons souvenirs :

DSC00484

Ecrit en 1986 par Nicki Weiss, cet album nous relate l'histoire de deux soeurs. L'ainée, Julie (qui porte le même nom que moi, pour ceux qui ne me connaissent pas), aime les livres, la tranquilité, et n'aime pas que sa cadette, Marie (comme la mienne pour ceux qui ne suivent pas) lui foute la honte en faisant le clown devant ses amies. Cette dernière, coquette et excentrique, a rarement son mot à dire devant l'autorité de sa grande soeur :

                                                

DSC00485

 

 DSC00486

 

C'est toujours Julie qui fait la princesse alors que Marie écope du rôle de la méchante fée, Marie vole les bijoux de Julie qui lit son journal intime pour se venger, Julie se moque de Marie car elle regarde sous son lit la nuit pour vérifer qu'il n'y a pas de monstres... Bref elles n'arrêtent pas de se manger le nez (c'était tellement nous que c'en était flippant) jusqu'à ce qu'elles tombent sur plus peste qu'elles.

Clémentine, une copine de Marie qui est invitée pour l'après-midi veut commander, se montre ouvertement snob devant le spectacle de clown de Marie et, surtout, se moque d'elles car elles doivent partager leur chambre, alors que la sienne, dit-elle, est plus grande.

 

DSC00487

 

Il n'en faut pas plus pour que Julie s'énerve et gicle l'impudente de chez elle avant de préter (exceptionellement) le costume de princesse à sa soeur pour la consoler. Tout est bien qui finit bien... jusqu'à la prochaine dispute.

Ma mère avait essayé de se servir de ce livre comme propagande en faveur d'un amour fraternel moins houleux entre nous. En vérité il a surtout servi à nous donner de nouvelles idées (mettre des serviettes éponges dans le bain pour faire accuser l'autre par exemple), ce qui lui a valu longtemps d'être notre livre préféré à toutes les deux.

Inutile de décrire le coup de vieux que j'ai pris en relisant ça. C'était quand même bien cette époque... Même si bon, c'est quand même plus agréable de pouvoir se parler sans sentir sa main qui me tire les cheveux pendant que je lui mords le bras.

Encore bonne fête à ma seuseur, et Dindon se joint à moi en apportant sa patte à cet article.

DSC00489